vendredi 20 novembre 2015

Face au mal, la force de l'esprit

Cette fois, la cible des terroristes n’était ni des caricaturistes de Charlie Hebdo, ni des juifs, ni même des chrétiens, des socialistes ou je ne sais qui. La cible, c’était tout le monde, vous et moi. D’où l’effroi général. Le but visé était bien de tuer le plus de gens possible.

"Horreur", "carnage", "apocalypse", "troisième guerre mondiale"... Pendant des heures, images et témoignages affolants ont envahi en boucle les media. Ouvrons les yeux. Cette surenchère dans la grandiloquence ne fait qu’obéir docilement aux terroristes eux-mêmes.

Ceci étant dit, quelques remarques.
La guerre n’a jamais cessé d’ensanglanter le monde. Avons-nous oublié à quel point l’état de paix demeure fragile, abrité derrière une mince pellicule de civilité ?
Demeurons en alerte critique afin de protéger nos valeurs dans la fraternité et la solidarité. Rejetons partout et constamment, l’amalgame entre l’islam et Daech, cette armée de psychotiques capables de faire délibérément leur propre malheur, de préférer se détruire pour anéantir ceux qui sont à l’image de ce qu’ils haïssent. Résistons à la barbarie. Résistons à la peur qui engendre des comportements pulsionnels et  épidermique dangereux. Résistons à la tentation de renoncer à nos libertés au nom d’une illusoire sécurité.Serrons-nous les coudes face à l’adversité.
 Cette « barbarie » qui nous révolte n’est-elle pas un peu le reflet de celle que nous entretenons pour protéger nos intérêts  : contrats avec des dictatures, ventes d’armes au nom d’intérêts économiques ou stratégiques douteux, au nom de la sacro-sainte croissance et de l'emploi, injustices de la répartition des richesses, pollutions tous azimuts de notre planète, de notre environnement et de nos aliments, compétitivité mortifère pour « sauver nos intérêts », lesquels ? La liste serait longue, ce ne sont que quelques exemples.
 Et si l’« autosacrifice » de ces illuminés, n’était qu’une réaction absurde à la mesure de leur désespérance. Avant même d’armer leurs kalachnikovs, ces jeunes terroristes, hommes et femmes, savent qu’ils vont mourir, et ils l’acceptent. La mort les indiffère, la vie humaine n’a pour eux aucun prix. Ils tuent et meurent de  « sang-froid ».

A nous tous d’inverser la spirale de cette violence  meurtrière ? Que la raison l’emporte sur l’irrationnel, que le savoir fasse reculer l’obscurantisme. Sortons de la stupeur qui nous prive de toute vitalité, de toute pensée, de toute réflexion. Réflchissons à ce qui peut pousser des êtres à aller vers la mort dans son extrême, à la placer à ce point au-dessus de la vie, en tuant à l’aveugle n’importe qui, et en se tuant eux-mêmes. Quand la pulsion de mort se fait passer pour de la pulsion de vie, à nous de combattre cette folie, cette obéissance aveugle à une volonté divine dévoyée, blasphémée, en promouvant d’autres croyances .

Délivrons-nous en chantant, non pas ce chant de vengeance qu’est la Marseillaise, mais plutôt le très beau gospel de Martin Luther King.




Merci à « Réforme de m’avoir inspiré ces propos devant l’atrocité
qui m’avait laissée, comme beaucoup, sans voix.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire