lundi 14 septembre 2020

Là où chantent les écrevisses de Delia OWENS

D’où vient ce titre étrange, “Là où chantent les écrevisses” ? 
J’ai eu la chance de grandir dans le sud de la Géorgie, avec une mère formidable, belle, talentueuse, qui a étudié les mathématiques, mais surtout qui aimait vivre au grand air. Dans mon enfance, elle m’a encouragée à m’aventurer dans la forêt le plus loin possible : “Allez, va où les écrevisses chantent !” C’était sa façon de me dire : “Pars en forêt, mets tes pieds et tes mains dans la boue.” Longtemps j’ai cru que c’était une expression courante du Sud. Mais c’était un dicton familial qu’elle tenait de mon grand-père."
Delia Owens 








« Là où chantent les écrevisses » (Where the Crawdads Sing), de Delia Owens, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Marc Amfreville, Seuil, 480 p., 21,50 €.




Nous sommes en 1952, en Caroline du Nord. Kya Clark, dont le marais est la seule famille, a six ans lorsqu'elle voit un beau matin sa mère s'éloigner de la cabane des marais de Caroline du Nord dans laquelle vit sa famille. Elle pense dans un premier temps que celle-ci va revenir, mais il n'en sera rien. Pire,  son frère et ses deux sœurs aînés s'enfuient également, pour ne pas rester avec  un père ivrogne, violent, passant le plus clair de sa vie à boire et à jouer au cartes dans un bouge de Barley Cove. Ne reste que Jodie, quelques années de plus que Kya, qui ne va pas tarder à s'évaporer lui aussi.

La sauvageonne vit seul dans un cabanon sans confort déserté par sa famille. Elle n'est jamais allée qu'une seule journée à l'école et n'y retournera pas. Elle survit en échangeant des moules et des poissons contre des vêtements, du gruau et du carburant pour sa barque et sa lampe à pétrole. 

Kya ne peut compter que sur elle-même, sur le vieux Jumping qui lui achète sa récolte de moule, et son épouse Mabel, mobilisant sa paroisse afin de récolter des vêtements pour la gamine. 

Kya n'a qu'un ami, Tate, un jeune garçon qui traverse souvent le marais sur sa barque pour pêcher. Les deux enfants s'échangent des cadeaux, plumes rares, coquillages... Avec Tate, Kya va découvrir la lecture, les mathématiques et la poésie. Avec lui, elle renoue avec la confiance en l'autre et se met à l'aimer. Hélas, le jeune garçon ne pourra tenir ses promesses. 

Le récit se déroule sur deux époques distinctes. Les premières années de solitude et de survie de la fillette, puis de l'adolescente, et, en 1969 où elle rencontre Chase, un jeune  séducteur, une des stars de l'équipe de football locale, qui la trahira également. 

Quand Chase est retrouvé mort au pied d'une tour en béton dans le marais, la rumeur s’accorde à dire que cet accident est en fait un crime, et que la seule coupable possible est La fille des marais,  celle qui fréquente des Noirs et fuit dès que quiconque l'approche. Emprisonnée, Kya assise à son procès comme une étrangère. En l'absence de preuves, elle sera libérée. 

Un roman d'une très belle écriture, passionnant, intelligent : une ode à la nature et à la poésie,  une superbe histoire d'amour et d'humanité et un polar qui se termine par un pied de nez.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire